Comment faire pour adopter facilement un enfant à l’étranger ?

Une chaussette connectée : la dernière invention de Netflix
8 mars 2017
L’obésité : ses causes et ses trois formes
22 mars 2017

L’adoption est depuis de longues années pour de nombreux couples une solution facile pour avoir des enfants. Les raisons d’une telle décision sont personnelles. Mais parmi celles enregistrées, outre le fait pour des couples riches sinon au maximum économiquement en sécurité, qui le font pour des raisons humaines ou humanitaires, la plupart des couples sans enfant, à cause de la stérilité de l’un ou l’autre des conjoints, préfère plutôt que d’avoir un bébé in-vitro, recourir à l’adoption. Mais quelles sont les lois qui encadrent l’adoption à l’étranger.

L’état des adoptions dans le monde

Dans un article intitulé L’adoption à l’étranger s’effondre, Le Figaro constatait la chute de l’adoption dans la plupart des grands pays qui accueillent à travers des familles, des enfants étrangers. C’était soulignait-on dans cet article signé par Anne Sinclair, le cas des « Etats-Unis et l’ensemble des pays européens ». Qui ne sait pas l’attachement que Madonna donne à adopter des enfants ? Et que dire de toutes ses autres familles qui souhaitent adopter des enfants mais qui n’ont pas la célébrité de Madonna et son argent ? Il y a de plus en plus un durcissement des lois par les pays d’où partent ces enfants. On connaît le scandale de L’Arche de Zoé, même s’il n’a jamais été prouvé un trafic d’enfants. Sans oublier qu’au nombre des enfants adoptés, certains sont au-dessus de l’âge légal ce qui complique davantage les choses.

Comment s’y prendre ?

L’adoption dans chaque pays est soumise à une législation en vigueur. Il est important de la maîtriser avant d’entamer une procédure d’adoption. Cette loi dans un pays comme la France fixe les conditions similaires autant pour l’adoption à l’étranger que dans le pays même. Ces conditions stipulent au-delà du fait de respecter l’âge prescrit, d’obtenir auprès du service d’aide à l’enfance dans le département d’origine du demandeur, un agrément.

Au nombre des mesures à prendre pour l’adoption à l’étranger, il faut absolument se conformer à la législation du pays d’origine de l’enfant. Certains de ces pays n’ayant pas ratifié la convention de la Haye, les procédures d’adoption sont inexistantes ou ont été supprimées. Mais au cas où l’adoption se fait dans un pays régit par la Convention de la Haye, la procédure d’adoption doit se faire en passant par un organisme autorisé pour les questions d’adoption ou en passant par l’Agence française de l’adoption (Afa).

Les procédures d’adoption d’enfants ne sont donc pas les mêmes pour les familles françaises que les familles belges, etc. D’où la nécessité de se rapprocher des services compétents.

Comments are closed.